VAPOTECH

De la vente à domicile à un réseau de boutiques régional

Grégory est parti de rien, ou presque. Premier à se lancer dans la cigarette dans la région de Mont-De-Marsan, en vendant des liquides et du matériel dans son salon. Aujourd’hui, leader de la région avec ses cinqs boutiques dont une franchise et son e-shop, les projets continuent et Vapotech ne cesse de confirmer sa forte position sur le marché.

GRÉGORY ET VAPOTECH

Grégory, 40 ans, est le créateur et gérant de Vapotech. Vapoteur depuis 2009, il fait également partie des premiers à s’être lancé sur le marché en France.

Il s’est d’abord installé à Mont-De-Marsan et a aujourd’hui réussi à “quadriller la région” grâce à son réseau de boutique. Grégory a commencé en tant qu’auto entrepreneur chez lui en 2010, mais ses bénéfices en vente directe sont tels qu’il crée très vite un site internet, puis ouvre sa première boutique en centre ville en 2013.

Il est alors le seul dans la ville à tenir une boutique de vape. Quelques mois plus tard il en ouvre une deuxième dans un centre commercial. Le lendemain le toit du centre commercial s’effondre. un coup très dur pour lui car les clients, sous le choc, hésitent à fréquenter le centre du Grand Moun. Cependant au bout d’un an la rentabilité dépasse même le centre ville. En 2014 Vapotech s’étend à Pau, puis à Dax en 2015, déjà très rentable, et à Aire-sur-l’Adour en 2017.

L'ENJEUX DE LA TRAÇABILITÉ TOUT EN RESTANT CONCURRENTIEL

“C’est simple dans la région, si il n’y a pas de traçabilité les clients n’en veulent pas, mais ils veulent aussi de la diversité.”

Grégory doit faire face à un challenge bien particulier dans la région du Sud de la France dans laquelle il travaille: une clientèle qui exige des produits français et une traçabilité complète.

LES CHALLENGES

“J’avais d’un côté une offre très primo-vapoteur et mono arôme en entrée de gamme et de l’autre côté des e-liquides très “Américains” en grand format et chez Vapotech mes clients sont très “Made in France”

Boutique Vapotech Pau

Le problème, c’est que l’offre est alors très limitée. Les liquides et principalement     les arômes sont alors soit américains soit malaisiens pour la plupart, avec une traçabilité très médiocre mais des recettes souvent originales. D’un autre côté, l’offre française est assez fade avec des produits peu originaux qui se démarquent difficilement. Grégory a alors du mal à trouver une offre qui satisfasse ses deux exigences principales: traçabilité et originalité et doit souvent faire le choix de sacrifier en partie l’un de ces deux critères.

LES EXIGENCES DE GRÉGORY

Gregory aimerait pouvoir présenter à ses clients une large de gamme de produits originaux, qui satisferont tous les goûts, tout en étant certain de leur qualité et de leur provenance.

Il veut pouvoir donner à ses clients toutes les informations de traçabilité qu’ils demandent et surtout être en mesure d’en fournir les certifications. Il veut pouvoir offrir à ses clients une offre qui colle avec son concept: une grande qualité en tout point: boutique, produits, saveurs…

DES SOLUTIONS

Gregory commence à collaborer avec Cloud Vapor en février 2015.

Il est alors séduit par Cloud Vapor qui répond à ses attentes par “le côté rassurant d’une fabrication française avec des arômes typés américains dont on avait quand même une traçabilité.”

De plus Grégory y trouve l’identité visuelle mais aussi gustative qui correspond à son concept de produits de qualité à tous les niveaux  “J’ai rentré Cloud Vapor car je trouvais qu’il apportait un nouveau souffle dans la vape.”  

Depuis, Gregory est conquis et la collaboration avec Vapotech ne semble pas être sur le point de s’arrêter….   “Ce qui est bien c’est que c’est une gamme qui dure dans le temps, par rapport à d’autres gammes. C’est une gamme que l’on travaille depuis le début. on n’a pas changé les produits, on a toujours les même.”

LE SUCCÈS ACTUEL

Aujourd’hui le succès est complet pour Vapotech et Grégory, et celui-ci a d’ailleurs désormais également sa propre marque de liquides, Mécanique des fluides, orientée vers des vapoteurs primo accédants en priorité et qui ne cesse désormais de se diversifier.

De plus, Grégory pense à développer sa propre franchise. Si de tels projets peuvent se développer, c’est que la rentabilité des boutiques, et la notoriété de Vapotech s’est non seulement stabilisée, mais ne cesse de grandir dans la région. La boutique de Dax par exemple, ouverte en 2015 atteint déjà un chiffre d’affaire de 50k mensuel.

De même la rentabilité de la boutique du grand Moun n’a rien à lui envier. Du côté du partenariat avec Cloud Vapor, ce sont 318 000€ de vente qui ont été réalisés avec les produits de la marque et les 26 309 bouteilles vendues par vapotech. En 7 ans, ce sont donc 5 boutiques rentables qui se sont ouverte, dont 1 franchise et 1 e-shop et un carton plein dans tous les cas.

QUELQUES QUESTIONS À GRÉGORY

Quels produits a tu choisi de travailler chez Cloud Vapor et pourquoi?

“On a donc commencé avec la gamme vintage. Un choix sans regret puisque 2 ans après elle se vend encore ! Dans la vape souvent très “mode” c’est rare. Ensuite on a rentré (en exclusivité Europe à l’époque) la gamme HVG, très haut de gamme elle ciblait parfaitement les profils vapoteurs avancés avec du 70VG.”

Les objectifs futurs pour Vapotech et Cloud Vapor ?

“Cloud Vapor est une des rares marques ou je rentre la quasi totalités des nouveautés, malgré le développement de notre propre marque nous continuons à travailler ensemble !”

Découvrez le succès client:

ALLVAP •

Découvrez le succès client:

Sparks Ecig •

Découvrez le succès client:

Le Comptoir des Vapoteurs •

Découvrez le succès client:

Cigusto •