Cloud Vapor NewsMarketing

[PGVG MAGAZINE] Une année clé pour le monde de la vape !

By 24 avril 2019 No Comments

[ARTICLE RÉDIGÉ POUR LE MAGAZINE PGVG N°29]
– extrait –

 

L’année 2018 a encore été marquée par un dynamisme exceptionnel de l’offre du secteur (sels de nicotines, le retour des pods…). Ajoutons à cela une croissance du marché repartie en flèche : la France a passé la barre du 1 milliard d’euros dans la vape à cette fin d’année !

Notons l’arrivée du Mastodonte Juul Labs dans la partie (valorisé à 33,4 milliards d’euros) dépassant à cette occasion la valorisation de Airbnb ou encore Ford. L’année 2019 sera un grand cru elle aussi mais à condition d’avoir les bonnes armes pour faire face dans un marché plus mature et où la concurrence fait rage.

Quelques conseils pour rester dans la course et développer une activité lucrative et durable au sein de ce business euphorique.

Finie la mode “Bienvenue dans l’empire de la vape”

En 2017, le marché de la vape avait généré plus de 10 milliards de dollars. D’ici 2023, il devrait en rapporter environ 30 selon selon le rapport « Global E-Cigarette Market » publié par Research Cosmos. Avec plus de 14 000 emplois, plus de 2 600 boutiques et 200 sites e-commerce, les acteurs sur le marché ne cessent d’évoluer et de grandir. La vape n’a plus rien à envier aux marchés traditionnels, en route vers le futur !

Mais un tel empire économique ne peut pas laisser sans réaction les géants du tabac, après des tentatives infructueuses d’influence législatives, de pilotage d’études scientifiques très bancales (attention #conspiration), ils entrent définitivement dans la partie !

  • Altria (Malboro) entre au capital de Juul à hauteur de 12,8 milliards d’euros : du jamais vu dans la silicon valley !
  • MyBlu (Imperial Tobacco) annonce que la vape représentera un tiers de son chiffre d’affaires

Pour certains la fin de la vape, pour d’autres une opportunité pour que le monde du tabac nous laisse enfin tranquille côté santé… Si le Royaume-Uni cumule les actions gouvernementales pro-vape, la France signale de bonnes nouvelles en 2018 : dans son rapport pour 2019 sur l’addiction au tabac et à l’alcool, le CESE (Conseil économique, social et environnemental) préconise de “positionner la cigarette électronique (…) parmi les autres dispositifs de sevrage tabagique : l’intégrer dans le discours de prévention des addictions ; former les professionnels et professionnelles de la santé à l’accompagnement qu’elle implique (comme tout dispositif de réduction des risques) ; en exclure les industries du tabac.”

En quelques lignes, le conseil préconise de développer une politique de santé similaire à l’Angleterre, c’est-à-dire médicaliser la vape.

Les mutuelles continuent leur reconnaissance de fait :  plus de vingt mutuelles en France remboursent l’usage de la cigarette électronique, et ce nombre ne cesse d’augmenter. Bien que les autorités françaises ne considèrent toujours pas officiellement la cigarette électronique comme une méthode de sevrage tabagique, les professionnels de la santé sont de plus en plus nombreux à admettre qu’elle est réellement efficace.

Un marché qui grandit, une législation stable et une opinion santé favorable. Que demander de mieux ?

Les indépendants de la vape ont la vie dure

La concurrence est rude et le client est de plus en plus exigeant. On n’ouvre plus un magasin avec seulement 20K€, une table Ikea et 2 luminaires. Les gens veulent une expérience d’achat hors du commun.

Et en général, dans la professionnalisation des espaces de ventes, les franchises ont une longueur d’avance. Plus de moyens, un effet réseau, et des avantages concurrentiels certains.
Cette tendance de fonds de “franchisation” a déjà été observé dans beaucoup de secteurs. Téléphonie, alimentation, coiffure etc.. La vape n’échappera pas à cette mouvance très occidentale.

Pour lire la suite de cet article, rendez-vous dans le magazine PGVG N°30 de Mars-Avril 2019 actuellement disponible dans vos shops.

Leave a Reply