Cloud Vapor News

[PGVG] La BIG Interview Cloud Vapor !

Cloud Vapor Big Interview PGVG Magazine créateur et fabricant e-liquides Nantes

[ARTICLE RÉDIGÉ POUR LE MAGAZINE PGVG N°37]
– extrait –

Cloud Vapor a répondu à la Big Interview de Cloud Vapor dans le numéro 37 du PGVG ! Découvrez un extrait de l’interview :

Fondé en 2012, le fabricant nantais d’e-liquide Cloud Vapor s’est imposé comme un acteur solide du marché. Sa recette ? Des produits funs et soignés portés par une approche marketing poussée. Félix Nicolon, cofondateur, et Léa Liove, responsable marketing, nous ont ouvert leurs portes. 

Quel a été le déclic pour la création de Cloud Vapor ?

F.N  J’ai toujours été à la recherche d’innovations qui pourraient faire basculer notre quotidien. Quand j’ai découvert que la cigarette électronique pouvait contrer le tabagisme qui tue plus de 73 000 de personnes par an rien qu’en France, j’ai ouvert ma boutique de cigarette électronique “French Smoke” à Nantes. Et quand des personnes affaiblies par des années de tabagisme intense viennent vous remercier avec le sourire d’avoir arrêter de fumer grâce à vous, tout prend son sens. Et cette expérience en boutique m’a révélé tout le potentiel de la cigarette électronique.

Mais à l’époque, l’offre d’e-liquides était très limitée et les saveurs originales étaient souvent des marques d’import des Etats-unis chères et avec peu de traçabilité. Au tout début de la vape, il n’y avait pas autant de normes qu’aujourd’hui et il était difficile d’avoir confiance en ce qu’on vendait. C’est pourquoi en 2013 j’ai décidé de devenir fabricant avec mon associé de l’époque, Yassine Hassane. L’idée était de nous lancer nous-mêmes dans la création d’e-liquides pour avoir plus de contrôle et de liberté sur ce que nous vendions. Après des recherches concluantes de partenariat avec des laboratoires en France, nous avons créé nos premières recettes phares, le Blue Velvet & le Red Leaf, deux saveurs au tabac indémodables depuis. Et c’est ainsi que Cloud Vapor est né.

Pourquoi avez-vous choisi le nom de Cloud Vapor ?

F.N Je voulais choisir un nom qui parlait de lui-même sur la nature de notre activité et qui ne portait pas à confusion. En français, cela signifie “nuage de vapeur” donc ça parle à beaucoup.

Et au début de l’aventure Cloud Vapor, nous sommes partis à l’international où la vape s’amorçait : Los Angeles, London, Belfast, Stockholm, Honk-Kong, Moscou, Athènes… Avoir un nom anglicisé nous permettait de toucher des pays étrangers plus facilement. Le nom “Cloud Vapor” s’ancrait parfaitement dans cette perspective d’expansion à l’international. 

Aujourd’hui, les français n’ont plus forcément confiance dans les e-liquides importés donc un nom de marque dans une autre langue pourrait effrayer. Nous aurions pu modifier le nom de Cloud Vapor mais nous avons choisi de le conserver puisqu’il représente notre histoire et symbolise notre notoriété. Toutefois, nous mettons plus en avant notre savoir-faire français et les normes qui encadrent le marché, donc nous n’avons pas d’impact particulier.

Comment définissez-vous l’identité de votre société ?

L.L : Cloud Vapor c’est une marque qui se veut fun, créative, dynamique et dans l’air du temps.
C’est en tout cas l’état d’esprit dans l’équipe, et nous essayons de le transmettre au maximum dans nos produits. L’essence même de notre culture d’entreprise réside dans le partage de valeurs communes : l’honnêteté, l’agilité, la performance et travailler en s’amusant. Nous évoluons  vraiment dans la transparence et on sait se dire les choses dans la bienveillance, négatives et/ou positives. Nous avons suffisamment confiance les uns envers les autres pour nous sentir libre de le faire et pour ne pas prendre les critiques personnellement. Alors parfois cela provoque quand même de sacrées disputes, mais on revient toujours les uns vers les autres, un peu comme dans une famille.

Nous avons des petits rituels en interne qui nous tiennent à coeur et qui permettent de garder une cohésion d’équipe. Par exemple, tous les mercredis, c’est bières/restaurant pour avoir des discussions autre que le travail et relâcher un peu la pression en milieu de semaine. Et chaque fin de semaine, nous avons ce qu’on appelle le “Stand up” : une petite réunion décontractée où on fait le point sur la semaine passée et sur ce qu’on a apprécié ou non. Cela nous permet de dire les choses ouvertement, de comprendre l’interdépendance des rôles de chacun dans l’entreprise et de comprendre les problématiques des uns et des autres. 

On essaye au maximum de transmettre cet état d’esprit à travers nos relations avec nos clients, professionnels ou particuliers.

Sur votre site, la partie blog et conseils aux pros est très importante et vous participez à notre magazine. Qu’est-ce qui vous a poussé à être si actifs ?

L.L : Nous avons une bonne expertise commerciale/marketing et de l’expérience dans la vape, donc  nous avons voulu en faire un axe différenciant sur ce marché hyper-concurrentiel. L’idée c’est qu’un nouvel arrivant sur le marché puisse avoir toutes les clés en main pour  bien débuter, mais également de permettre à des acteurs existants de voir les choses sous un autre angle pour développer leur business.

Pour lire la suite de cet article, rendez-vous dans le magazine PGVG N°37 de Mai – Juin 2020 actuellement disponible dans vos shops.

Leave a Reply