MarketingStratégieTendances

2019, une année riche en nouveautés !

Le marché de la vape est en croissance perpétuelle et il n’a pas fini de nous surprendre ! Découvrons ensemble ce qui nous attend pour l’année 2019.

Une vague de jeune vapoteurs, un tsunami pour le marché de la vape ?

Si les cigarettes électroniques sont destinées aux fumeurs pour les aider dans leur sevrage, elles attirent aussi les plus jeunes. Par les designs innovants des e-cigarettes, les packagings des e-liquides toujours plus attrayants et des jus irrésistibles, il n’est pas surprenant que les plus jeunes soient séduits !

Fin 2018, une véritable épidémie de jeunes vapoteurs s’est développée, notamment dû au phénomène JUUL. Si en France, le phénomène de vapotage n’est pas aussi développé que chez nos voisins d’Outre-Atlantique, il est probable de voir arriver des mesures davantage restrictives pour pallier ce risque.  

Une guerre perpétuelle entre vapeshops et buralistes ?

  • La vente aux buralistes

La question est récurrente, en tant que fabricant d’e-liquides, avons-nous le droit de refuser la vente à un buraliste ? A l’heure actuelle, la réponse est oui. L’argument n’a pas vocation d’être discriminatoire mais de vendre uniquement dans un circuit de distribution spécialisé.

  • Une allocation pour les buralistes

Une allocation destinée à l’émergence et le développement des services hors tabac a été accordée aux buralistes. Est-elle vouée à la transformation à la vente des produits de la vape ? Les recettes du marché de la vape sont en essor constant et dessinent une véritable opportunité pour les buralistes ! Cependant est-ce légal ? N’est-elle pas une concurrence déloyale pour les vapeshops ? Affaire à suivre

  • Et si on le voyait autrement qu’une menace ?

Et si en tant que vendeurs de e-liquides nous devions en tirer parti ? Et si les buralistes étaient la clé pour atteindre et persuader les 16 millions de fumeurs en France ? Ces premiers commerces de proximité possèdent un contact privilégié avec les fumeurs, ainsi ils arriveront davantage à les convertir à la vape.

Par ailleurs, il est indéniable que les primos-vapoteurs s’orienteront par la suite vers les vapeshops pour une offre plus complète qui répondra mieux à leurs besoins. En effet, une fois convaincus par la e-cigarette, les nouveaux consommateurs de la vape se retourneront vers les vapeshop pour la multitude de choix mais surtout les conseils spécifiques. Ce sont les vendeurs des vapeshop qui vont démontrer un fort activisme en capacité d’innovation sur les activités en terme de technologies, de gammes, ou de services.

Surfer sur les tendances en jouant la carte du bio et du vegan

  • Répondre à la transition écologique

La population est toujours plus sensible aux problématiques écologiques, éthiques et de santé publique. Les laboratoires Xérès ont répondu à la demande avec des liquides 100% d’origine végétale. Ils présenteraient un excellent bilan environnemental et émettraient beaucoup moins de CO2 dans l’atmosphère. Les liquides Végétol ont été brevetés et validés par les analyses toxicologiques. Pourtant l’enjeu des bouteilles en plastique est toujours actuel et problématique pour l’environnement. Alors est-ce une action marketing s’apparentant au greenwashing ou une véritable innovation ?

  • Adopter le vegan lifestyle ?

Propylène glycol, Glycérine Végétal, et nicotine : aucun de ces composants de e-liquides ne contient des résidus d’origine animale. Pourtant, pour l’extraction de certains arômes, la graisse animale peut être utilisée: de quoi faire fuir les végans ! Les végans ne sont pas à négliger et il faut répondre à leurs convictions. Beaucoup de fabricants ont déjà saisis l’opportunité. La mention est parfois utilisée comme un véritable coup marketing pour séduire ce segment car aucun e-liquide n’est à l’heure actuelle certifié avec le label vegan.

Des certifications qui apportent une plus-value !

Sur la santé publique, le marché demeure en construction. Depuis 2016, Afnor certifie les e-liquides des fabricants à travers un audit annuel, et une analyse microbiologique. Ce label permettrait de rassurer les vapoteurs en couvrant les exigences de sécurité de la conception, d’aptitude à l’usage, et d’utilisation. Certains fabricants ont déjà obtenu la certification Afnor tels que Fuu et D’LICE.

La norme ISO 9001  délivrée par l’afnor est elle aussi convoitée. Seule un distributeur sur le marché de la vape la possède: Calumette, basé dans la région nantaise. Les critères reposent sur la qualité des achats auprès des fournisseurs, de la logistique, les produits et les services internes de l’entreprise.

Le marché de la vape, en plein essor n’a pas fini d’innover en 2019 ! Le marché est encore en construction et si les mesures réglementaires s’intensifient, il faut aussi en tirer parti pour rassurer les consommateurs ! Les packagings et les saveurs sont d’autant plus créatifs que les années précédentes, mais il en est loin pour l’innovation environnementale. Si certains fabricants essayent d’y pallier, la démarche reste encore insuffisante pour convaincre les plus engagés.

Leave a Reply